mercredi 8 février 2017

Petit bilan des lectures de Poljack sur l'année 2016


En 2016, j’ai chroniqué 85 romans, dont 45 auto ou micro édités. Cela représente presque autant d’auteurs.

 

 

Si tous ces livres ne m’ont pas complètement emballé, rares sont ceux qui se sont révélés réellement mauvais. Certains auraient mérité plus de travail, une meilleure relecture, mais ceux-là, n’en parlons plus !
Je préfère revenir sur les quelques livres et auteurs qui m’ont vraiment marqué durant cette année 2016. Parmi tous ceux que j’ai lus, beaucoup m’ont donné du plaisir. La plupart, même, à un degré différent. Mais quelques-uns m’ont vraiment réjoui tout particulièrement.
Je sais que pour tous ceux que je ne vais pas nommer ici, cet article aura un goût un peu amer, mais qu’ils ne m’en veuillent pas : citer tout le monde serait hypocrite et reviendrait à ne parler de personne. Et là, j’ai juste envie de mettre à l’honneur ceux qui m’ont apporté ce petit plus d’émotion qui n’est que le résultat d’une rencontre entre un auteur et un lecteur. Ce n’est en rien un classement, juste le résultat de cette magie qui a fonctionné avec moi. 
 
Voici donc mes « lauréats » 2016 :
Dans un genre que j’ai tendance à fuir, la romance, comment ne pas parler de Charlotte Orcival et de son « Forever Young ». Sa belle plume m’a convaincu de lire le suivant, mais ça, c’est sur l’année 2017, alors, je n’en dis rien. Enfin si, lisez-le !
D’autres livres dont le thème tourne autour de l’amour, mais qui ne sont pas tout à fait de la romance m’ont séduit. Particulièrement celui d’Elissa Bejaoui : « Alice chevauche la tempête ». Un premier roman remarquable qui mérite d’être connu.
« Le choix d’Hélène », de Lou Desmurs, fait également partie de ces livres « coup de cœur » que je n’aurais pas forcément été chercher, mais que j’ai adoré lire.

Mon domaine de prédilection étant plus généralement tourné vers le polar et la SF, parlons un peu de ces genres…
Je me rends compte que j’ai lu assez peu de polars, chez les auto-édités (il va falloir que j’y remédie !) Il y en a quand même eu quelques-uns, dont « Crime à l’université », de Murielle Lucie Clément, qui m’a bluffé par son univers érudit. Et puis dans le genre bien noir, je ne peux passer sous silence les écrits de Frédéric Soulier, dont son « Retour à la cité des monstres », pour rester dans le genre. Mais du même auteur, j’ai aussi adoré « Le cri sauvage de l’âme » ou d’autres textes plus court, comme « Petrichor ».
En SF, fantastique, fantasy, s’il n’y en avait qu’un, ce serait « Si loin du soleil », de Morgan of Glencoe. Je suis encore habité par tous ces personnages étranges que j’y ai rencontrés. Plus science-fiction, « Le baptême du soleil », de Bastien Pantalé, a su me séduire par les thèmes abordés. Le recueil de nouvelles « Il sera une fois », de Southeast Jones, fait aussi partie de mes bons moments de plaisir littéraire.
En littérature de genre, il y a aussi les aventures maritimes… et le roman d’Olivier Triquet : « Toute latitude ». Il n’avait pas de concurrents dans la catégorie, mais il mérite d’être nommé.
Et puis il y a les livres qui ne sont pas classés dans une niche… Comme « Marges forcées », d’Elen Brig Koridwen, « Mémorial tour », de Chris Simon, ou « Les rivières fantômes », de Nila Kazar…


Voilà, ce sont des auteurs que je vous recommande chaleureusement… Mais d’autres méritent le détour, parmi ceux que j’ai chroniqués tout au long de cette année. N’hésitez pas à relire mes articles aussi bien pour ces livres que j’ai nommés ici, que pour tous les autres qui n’apparaissent pas sur cette page… Et puis, faites-vous votre propre idée !


vendredi 25 novembre 2016

Et d'un !

La migration a commencé…


Je ne parle pas de celle, tristement d'actualité, de peuplades déplacées pour cause de guerre ou de catastrophe naturelle, ni du voyage annuel du club du troisième âge à la poursuite du vol des oies sauvages vers des régions plus clémentes…

je parle de la sortie de mes livres de la plateforme BoD.

Pour La momie drômoise, c'est fait, et c'est ici !



La version numérique est d'ores et déjà disponible sur Amazon, dans la boutique Kindle, à un prix beaucoup plus attractif que par le passé : 2, 99 €.

La version papier suivra, dans un format un peu plus petit, et également à un prix plus abordable.

Bon, vous l'avez remarqué, ce n'est pas la même couverture. J'ai bricolé celle-ci vite fait pour pouvoir publier, mais j'attends toujours l'illustrateur talentueux qui me proposera sa vision des aventures de Poljack…

Dessineux de tout poil, l'appel est lancé !








Les sbires d'Agouna, quant à lui, reste sur BoD jusqu'à la date anniversaire de sa publication, puis viendra rejoindre les autres − entre temps, le Poljack 3 sera sorti − dans le courant 2017.


samedi 29 octobre 2016

Quand je vous dis que c'est addictif !

Poljack, c'est de la drogue dure !

Déconnez pas ! Faut y aller mollo ! Je tiens à la santé de mes lecteurs, moi…

J'en connais un, de lecteur, il a voulu faire le crack, le dur à cuire… Il a acheté les deux romans parus en une seule fois. Résultat des courses : il est tombé dedans ! Sitôt « Les sbires d'Agouna » terminé, il n'a pas pu s'en empêcher, il s'est jeté sur « La momie drômoise ».

Et maintenant, il est accro !



Va quand même falloir que je me dépêche de terminer le troisième. Faudrait pas qu'il nous fasse une crise de manque !

En attendant, si vous voulez connaître ses impressions, suivez ces liens :

 Avis sur Les sbires d'Agouna

 Avis sur La momie drômoise


En tout cas, maintenant, vous êtes prévenus !


dimanche 16 octobre 2016

Du très court et des commentaires

Ce n'est pas le tout de parler, des autres…

Mais moi aussi, j'aligne des mots !

Il y ceux dont j'ai déjà largement parlé, mais des lecteurs, à leur tour, s'expriment.
Comme ici :



Et puis il y a aussi ces « très, très courtes » qui sont en compétition sur Short Édition.
La dernière en date vous séduira certainement, alors n'hésitez pas à voter !


Et si vous ne les avez pas encore lues, il y a aussi celles-ci :


et


Bonne lecture !

samedi 1 octobre 2016

Partenariat

Eaux Troubles Éditions

Cette petite maison d'édition s'est créée autour d'une équipe de passionnés de thrillers en tout genre et s'est donnée pour mission de promouvoir les auteurs francophones.

 
Je suis fier d'entrer en partenariat avec Eaux Troubles, dont je viens de recevoir quelques ouvrages.

Ma première chronique en lien avec cette maison d'édition concernera L'envol des faucons, de Mark Zellweger.

À découvrir prochainement sous l'onglet « Mes lectures ».