vendredi 25 novembre 2016

Et d'un !

La migration a commencé…


Je ne parle pas de celle, tristement d'actualité, de peuplades déplacées pour cause de guerre ou de catastrophe naturelle, ni du voyage annuel du club du troisième âge à la poursuite du vol des oies sauvages vers des régions plus clémentes…

je parle de la sortie de mes livres de la plateforme BoD.

Pour La momie drômoise, c'est fait, et c'est ici !



La version numérique est d'ores et déjà disponible sur Amazon, dans la boutique Kindle, à un prix beaucoup plus attractif que par le passé : 2, 99 €.

La version papier suivra, dans un format un peu plus petit, et également à un prix plus abordable.

Bon, vous l'avez remarqué, ce n'est pas la même couverture. J'ai bricolé celle-ci vite fait pour pouvoir publier, mais j'attends toujours l'illustrateur talentueux qui me proposera sa vision des aventures de Poljack…

Dessineux de tout poil, l'appel est lancé !








Les sbires d'Agouna, quant à lui, reste sur BoD jusqu'à la date anniversaire de sa publication, puis viendra rejoindre les autres − entre temps, le Poljack 3 sera sorti − dans le courant 2017.


samedi 29 octobre 2016

Quand je vous dis que c'est addictif !

Poljack, c'est de la drogue dure !

Déconnez pas ! Faut y aller mollo ! Je tiens à la santé de mes lecteurs, moi…

J'en connais un, de lecteur, il a voulu faire le crack, le dur à cuire… Il a acheté les deux romans parus en une seule fois. Résultat des courses : il est tombé dedans ! Sitôt « Les sbires d'Agouna » terminé, il n'a pas pu s'en empêcher, il s'est jeté sur « La momie drômoise ».

Et maintenant, il est accro !



Va quand même falloir que je me dépêche de terminer le troisième. Faudrait pas qu'il nous fasse une crise de manque !

En attendant, si vous voulez connaître ses impressions, suivez ces liens :

 Avis sur Les sbires d'Agouna

 Avis sur La momie drômoise


En tout cas, maintenant, vous êtes prévenus !


dimanche 16 octobre 2016

Du très court et des commentaires

Ce n'est pas le tout de parler, des autres…

Mais moi aussi, j'aligne des mots !

Il y ceux dont j'ai déjà largement parlé, mais des lecteurs, à leur tour, s'expriment.
Comme ici :



Et puis il y a aussi ces « très, très courtes » qui sont en compétition sur Short Édition.
La dernière en date vous séduira certainement, alors n'hésitez pas à voter !


Et si vous ne les avez pas encore lues, il y a aussi celles-ci :


et


Bonne lecture !

samedi 1 octobre 2016

Partenariat

Eaux Troubles Éditions

Cette petite maison d'édition s'est créée autour d'une équipe de passionnés de thrillers en tout genre et s'est donnée pour mission de promouvoir les auteurs francophones.

 
Je suis fier d'entrer en partenariat avec Eaux Troubles, dont je viens de recevoir quelques ouvrages.

Ma première chronique en lien avec cette maison d'édition concernera L'envol des faucons, de Mark Zellweger.

À découvrir prochainement sous l'onglet « Mes lectures ».

jeudi 15 septembre 2016

Poljack a décidé de devenire aventurier… Il a bien fait !

Ce n'est pas moi qui le dit,

c'est J.F. Pissard, un lecteur qui a commenté Les sbires d'Agouna sur le site Amazon.




Je vous invite à lire son commentaire cinq étoiles ici !

Et bien sûr, vous pouvez toujours aller voir de quoi il retourne sous l'onglet bibliographie, où je vous parle de mes romans.

mardi 6 septembre 2016

Caudrilla Pleurage, l'interview

Après avoir publié sa chronique sur mon roman Valse Oddity, Marine Blogueuse m'a proposé de répondre à quelques questions.



Bien entendu, je me suis volontiers prêté à l'exercice.

Alors, si vous voulez connaître tous mes secrets, ou presque, c'est ici que ça se passe :

L'interview

lundi 5 septembre 2016

Appel aux auteurs auto-édités

J’ai déjà communiqué, sur ma page perso Facebook ou celle de quelques groupes, à propos de mon désir d’ouvrir les rayons de la petite bibliothèque de mon village aux auteurs auto-édités. Je précise que cette ouverture n’est pas destinée à remplir les étagères (nous manquons déjà cruellement de place), mais à faire connaître aux lecteurs ce qui se fait de mieux dans le monde de l’auto-édition.

Nous savons tous que l’auto-édition ne bénéficie pas d’une image très favorable dans l’esprit de certains lecteurs qui s’y sont aventurés et sont malheureusement tombés sur des ouvrages de moindre qualité. Proposer un roman mal rédigé, bourré de fautes d’orthographe ou pire, de syntaxe, n’offre pas une vitrine alléchante, c’est pourquoi une sélection me semble indispensable.

Si vous êtes auteur et que vous désirez participer à cette aventure, c’est avec plaisir que je me pencherais sur votre œuvre. Actuellement, aucun budget n’est alloué pour l’achat de livres d’auteurs indépendants, mais cela peut changer… il suffit de donner envie aux lecteurs de découvrir ces auteurs. En faisant don d’un de vos romans (ou autres textes littéraires) à notre bibliothèque, cela permettra une réflexion nouvelle sur la distribution du budget d’achat, et pourquoi pas, à termes, l’ouverture d’une colonne « auteurs auto-édités ». Et peut-être deviendrons-nous un exemple suivi par d’autres médiathèques…

À notre niveau, comment allons-nous procéder ?
Étant l’initiateur de ce projet, j’en assumerai aussi le fonctionnement. Concrètement, vous m’envoyez votre ouvrage (me joindre en MP), je le lis et en propose également la lecture aux autres membres de l’équipe. S’il est accepté par ce comité, il entre dans notre fond propre (on travaille aussi avec le fond de la médiathèque de la Loire) et a droit à sa chronique sur la page dédiée du blog de notre bibliothèque. Les membres de l’équipe ne manqueront pas de le conseiller aux lecteurs lorsqu’ils seront de permanence.

Au sujet du blog, il vient d’être créé et n’a pas encore beaucoup de contenu. La page « Auteurs auto-édités » est encore vide et n’attend que vous pour s’enrichir… J’y mettrai donc les chroniques de vos livres (uniquement ceux que nous aurons en rayons) et un lien vers votre page Amazon ou autres plateformes de vente. Si vous voulez y jeter un coup d’œil, c’est par ici :


Voilà ! J’espère que vous serez nombreux à profiter de cette vitrine, alors n’hésitez pas à me joindre en utilisant le formulaire prévu à cet effet.


mercredi 31 août 2016

Elle fait encore parler d'elle !

Mais de qui s'agit-il ?


De la momie, bien sûr !





Une lectrice nous parle de La momie Drômoise.

C'est sur son blog, et ça se trouve là !

Comme quoi, c'est pas parce qu'on est momifié qu'on ne peut plus plaire… 

mercredi 24 août 2016

La saison du short !

Retour chez Short Édition

Cela faisait deux ou trois ans que je n'avais pas proposé un texte au comité éditorial de ce site spécialisé dans le court, voire le très très court.

Dernièrement, j'avais été averti qu'un de mes textes, relativement ancien, avait été choisi pour figurer parmi les œuvres sélectionnées pour les distributeurs automatiques de lecture. J'en avais tiré une certaine fierté, je ne vous le cache pas.

Et ça m'a donné envie de me remettre dans la compétition…

Je vous présente donc :


         Enracinement





Un très court texte que vous pouvez lire ici.

Et bien entendu, vos votes sont les bienvenus !

mercredi 17 août 2016

Août, le mois des étoiles

Le ciel du mois d'août…

et ses étoiles filantes !




Beaucoup de gens lèvent les yeux vers le ciel, durant ces douces nuits estivales, pour profiter du spectacle offert par le cosmos.

Les étoiles filantes… C'est étrange qu'un spectacle aussi éphémère passionne autant d'individus.

En pensant à cette immensité dont on ignore encore tant, je suis plutôt content de me dire que mon livre, Valse Oddity, ne soit pas une étoile filante…

Si vous n'êtes pas encore convaincu, lisez cette chronique qui vient juste de paraître.


Si après ça, vous n'avez pas envie d'embarquer pour l'aventure, ne venez pas vous plaindre d'une vie trop monotone !

mercredi 20 juillet 2016

Les tribulations de Poljack

Inde, province du Gujarat

 

 


 

Si vous ne l'aviez pas deviné, je vous le révèle, Poljack et la blonde canadienne sont en Inde. Dans la province du Gujarat, au nord-ouest, plus exactement.

 Mais voilà bientôt 40 000 mots que Poljack se démène sur une nouvelle enquête, et tenez-vous bien : il n'y a jusqu'ici pas un seul mort à déplorer.
Tout juste quelques bleus et contusions diverses…



 Est-il trop occupé à admirer les merveilles architecturales ?











À essayer de percer les secrets des reliques ?








Ou est-ce la belle québécoise qui adoucit son tempérament habituellement plus impétueux ?

Quoi qu'il en soit, l'Inde recèle bien des mystères, la tranquillité précède souvent l'orage. Alors, attendons la suite et gardons-nous de penser qu'il n'y a jamais de monstres planqués sous les lits…





Même un beau paysage peut parfois cacher bien des horreurs.

vendredi 8 juillet 2016

Écriture 2.0

Vous n'avez pas le vertige de la page blanche…





Bien au contraire, votre histoire est tellement riche que vous en imaginez mille directions, mille complications, rebondissements, retournements…

En bref, ce n'est pas un roman, que vous pourriez écrire sur le même thème, mais deux, trois, quatre, chacun avec une fin différente, un cheminement autre, et vous ne savez pas lequel choisir !

Et si vous n'aviez pas à choisir ?





C'est justement le concept que propose Adrénalivre, une jeune start-up qui se lance dans l'édition numérique pour proposer des livres qui se vivent, à la façon de la collection « Le livre dont vous êtes le héros ».
Si vous avez connu cette collection, imaginez ce que ça peut donner en format numérique…
Ou plutôt, n'imaginez pas, allez visiter leur site et découvrir par vous-même.
Ils sont en quête d'auteurs, alors si votre créativité est en pleine ébullition, c'est peut-être le moment de les rejoindre !
Cliquez sans attendre sur le lien ci-dessous :


mercredi 6 juillet 2016

Valse Oddity, un nouvel avis de lectrice

Marine a créé son blog en 2015. Elle y parle de ses lectures, mais dispense aussi des conseils aux auteurs pour se faire éditer, pour trouver des logiciels, des astuces… Elle publie aussi des interviews d'auteurs indépendants.

Un blog qui s'intéresse aux auteurs auto-édités, donc. Une démarche que je ne peux qu'appuyer.

Sa dernière chronique, vous l'aurez deviné, parle de Valse Oddity.
Je ne déflorerai pas le sujet en vous disant qu'elle a beaucoup apprécié cette lecture, mais je vous laisse découvrir ce qu'elle en dit.

La Livrothèque


lundi 27 juin 2016

Le voyage se poursuit



Changement de continent !

Je vous l'avais annoncé dans le dernier post, le séjour de Poljack à Montréal est terminé.
Il n'y a pas été pour rien. Même si l'enquête n'a pas progressé à pas de géant, des éléments sont venus apporter quelques éclaircissements sur une affaire qui s'avère moins banale qu'il n'y paraît.
Et surtout, il a rencontré Sarah, la belle archéologue qui a des airs de Lara Croft.
Et vous savez quoi ? Elle est partie avec lui !

Bon ! Avez-vous deviné dans quel pays ils ont atterri ?
Je vous avez donné un indice, en parlant d'épices…
Inutile de préciser que Poljack plus archéologue, il y a de l'antiquité dans l'air. Ou plutôt dans le terre !…


En tout cas, ils y sont, et si leurs investigations se déroule dans le calme, pour le moment, quelque chose me dit que ça ne va pas durer.
Vous connaissez Poljack, faut toujours qu'il se mette dans des situations pas possible…

mardi 21 juin 2016

Le retour de la momie (drômoise)

Nouvelle chronique !

Les blogueurs et blogueuses littéraires ont une pile de livres à lire tellement haute qu'elle semble soutenir le plafond !




 Rien d'étonnant, alors, qu'entre le moment où une chroniqueuse accepte de poser un regard attentif sur l'une de vos œuvres et celui où elle témoigne de son ressenti, vous ayez presque oublié qu'un papier allait être publié.

Merci à la Diablotine pour sa chronique.



Pour la lire, c'est par là : Chonique de la Diablotine

samedi 18 juin 2016

Quelques nouvelles du front…


Je vous entends de là ! Oui, vous, les râleurs !

Il y a un peu de tout, mais en gros, ça donne à peu près ça :
« Oui, Poljack, il est bien gentil, il nous parle de ses lectures, de ses vieux bouquins dont le dernier date de huit mois, mais nous, on attend le prochain ! Il fout quoi, l’aventurier de mes deux ? »


Bon ! D’accord ! Je vais vous en toucher deux mots.
Pour ceux qui auraient loupé l’info, il y a quelque temps, une mise à jour a planté mon système. Et comme mon disque dur externe se promène du salon au bureau, je ne fais pas de sauvegarde tous les jours. J’en fais même assez peu, pour être honnête. Résultat : une grosse partie du 3e Poljack envolée ! Ça fout un choc ! Sans aller jusqu’à la dépression avec corde en chanvre en guise de remède, ça vous laisse dans un état d’hébétude, les doigts suspendus au-dessus du clavier, incapables d’atteindre les touches…
Pour vous donnez une image, la marée était basse, j’ai attendu qu’elle remonte. Quand l’embarcation est sur le sable, inutile de ramer. Mais j’ai fini par reprendre la mer.


À ce jour, j’ai réécrit les chapitres disparus. Pas tout à fait à l’identique, bien sûr, et j’ai même développé la partie canadienne de l’histoire. J’en suis pratiquement là où je m’étais arrêté avant ce stupide accident.

Je peux donc l’annoncer officiellement, Poljack est bien parti pour de nouvelles aventures ! Après un bref séjour à Montréal, il s’envole bientôt pour un endroit que je vous dévoilerai un peu plus tard. Allez, je vous donne un indice : il risque de manger épicé…


mercredi 8 juin 2016

Ménage de printemps, la suite…

Après avoir réaménagé mes chroniques de lectures, il fallait bien que je m'occupe aussi de ce que j'écris…

Je veux parler de la section textes, bien entendu !



À force d'empiler, on y retrouvait plus rien. Alors voilà, nouvelle présentation.


Si vous allez sur l'onglet « Textes », vous trouverez dorénavant uniquement les titres des nouvelles que j'offre à vos yeux ébahis. Avec une présentation succincte (ou pas) et bien sûr le lien pour accéder à la lecture.



Inutile de me remercier, quand on peut rendre service…

samedi 28 mai 2016

Ménage de printemps

Pluvieux, qu'il est ce printemps. Mais bon, c'est pas une raison pour laisser le bordel s'installer !
Ma page « Les lectures de Poljack » commençait à ressembler à un jour sans pain, on n'en voyait plus le bout.
Quand tu dois dérouler deux kilomètres pour te faire une idée de ce que s'y trouve, ça devient vite rasoir. Alors, tu sais quoi ?

Je te rassure, j'ai pas tout viré !

Non, j'ai juste tout bien rangé, chaque article dans sa petite boîte, avec un lien pour y accéder. Tu verras, c'est vachement mieux !


samedi 14 mai 2016

Interview de Poljack, l'auteur

Interview de Poljack


Poljack, merci d’avoir accepté de répondre à cet interview. Vous avez décidé de ne pas révéler votre véritable nom, qui est Paul Eric A., comme chacun le sait, nous respecterons votre choix. Je rappelle que vous avez publié deux romans d’aventures : « Les sbires d’Agouna » et « La momie drômoise ».

Tout d’abord, quelles sont vos sources d’inspiration ?
Elles sont nombreuses, à commencer par Jules Verne, que j’ai lu vers l’âge de neuf ou dix ans, puis Bob Morane, un peu plus tard. Je ne peux pas renier l’influence de Frédéric Dard et ses San Antonio, mais les références cinématographiques, notamment Indiana Jones, n’échapperont pas aux lecteurs. À propos de mes romans, on a aussi cité James Bond… À côté du cinéma et de la littérature, l’histoire et la science m’inspirent, mais ça peut être aussi un fait de société ou une anecdote entendue par hasard. Il m’est même arrivé d’écrire après un rêve.


Quand et pourquoi avez-vous commencé à écrire ?
Quand ? À l’adolescence. J’ai d’abord écrit des poèmes, pendant pas mal d’années. Vers vingt-cinq ans, j’ai commencé un roman, je ne l’ai jamais terminé. C’est Djian qui m’avait donné l’envie de me lancer. J’ai eu des périodes pendant lesquelles je n’écrivais pas une ligne, puis je m’y remettais, arrêtais à nouveau, reprenais plus tard… J’ai eu un rapport compliqué avec l’écriture. Jusqu’à il y a peu de temps, en vérité. Maintenant, répondre au pourquoi est beaucoup plus compliqué. Tout ce que je peux dire, c’est qu’aujourd’hui, c’est avant tout un plaisir.


Avez-vous tenu un journal, des carnets où vous notiez des citations, des pensées, etc. ?
Oui. Encore une fois, à l’adolescence, j’ai tenu un journal dans lequel je notais mes réflexions sur la vie, ce que je ressentais… J’y mélangeais aussi des poèmes. Je ne sais pas ce que sont devenus ses cahiers. Plus tard, et de façon plus sporadique, il m’est arrivé de noter des pensées, des réflexions. Par contre, jamais de citations. Il m’arrive d’en employer, mais avec parcimonie. Même si certaines reflètent, sinon une sagesse, en tout cas une pensée profonde, d’autres sont des phrases sorties de leur contexte qu’on considère comme vérité parce qu’elles ont été émises par tel ou tel personnage plus ou moins célèbre… Par exemple, cette phrase de François Latraverse : « L’hiver. Le mot seul possède une assonance antipathique. » Quel intérêt à la citer, sinon pour nous dire que son auteur n’aimait pas l’hiver ? Elle ne recèle ni vérité ni sagesse…


Qu’avez-vous écrit en premier ?
Vous cherchez à me piéger ? Non, franchement, je n’en ai aucune idée. Des poèmes, sûrement, mais de là à dire lequel… En fiction, peut-être un sketch pour une troupe de théâtre amateur en 1984…


Avez-vous persévéré ?
D’une certaine façon, oui, mais je me suis beaucoup éparpillé.


Pourquoi avoir rendu vos textes publics ?
L’envie de se confronter au regard des autres… Par la suite, ce sont ces mêmes autres qui m’ont poussé à éditer. Comme quoi, les autres ne sont pas forcément l’enfer !


Comment imaginez-vous le lecteur ?
Assis ou allongé, le sourire aux lèvres.


Que voulez-vous offrir au lecteur ?
Un moment d’évasion avec un zeste de réflexion… Et du plaisir, aussi.


Êtes-vous sensible à la critique ?
Comme beaucoup, je pense, j’adore qu’on me complimente… Et quand les critiques sont mauvaises, je fais le hérisson, je me mets en boule et je sors mes piquants. Mais ça ne dure pas, je m’en remets d’autant plus vite que j’ai généralement plus de retours positifs que de reproches.


Quand vous écrivez, avez-vous un rituel d’écriture ?
Pas vraiment. Il m’arrive de passer un quart d’heure à jouer au solitaire avant de me mettre à l’ouvrage, histoire de me vider le cerveau, mais ce n’est pas un rituel. Je le fais lorsque j’en ressens le besoin, pas à chaque fois. Sinon, c’est toujours chez moi, directement à l’ordinateur, avec mon clavier « bépo ».


Dernière question, Poljack, avez-vous des projets d’écriture ?

Oui, j’ai un troisième « Poljack » en cours, mais je n’ai pas de date à donner pour l’instant. Sinon, en févier, j’ai sorti « Valse Oddity », un roman SF, sous le pseudo de Caudrilla Pleurage, et j’en ai un second prévu pour 2017. Et puis je continue d’écrire de temps en temps des nouvelles pour mes amis de « Tisser les mots ».

dimanche 1 mai 2016

Valse Oddity : première chronique.

Valse Oddity

On en parle !

Je dois vous dire que je l'attendais avec impatience, cette première chronique. Mais les bloglits ont des piles à lire longues comme une phrase de Proust, alors j'en étais réduit à ronger mon frein ou, à défaut, un vieil os littéraire !

Je suis donc doublement content. D'abord, parce qu'elle est enfin là, ensuite parce qu'elle vient d'Iman qui est une personne absolument adorable. Et je ne dis pas ça parce qu'elle a aimé mon roman.

Alors en allant lire son article, profitez-en pour découvrir son blog et, pourquoi pas, ses livres…

Pour faire la connaissance d'Iman, c'est par là :

vendredi 29 avril 2016

Déboires sans boire !

Toutes mes excuses à mes lecteurs fidèles…

La semaine dernière, une mise à jour de mon OS − Linux, version Xubuntu 14.04, pour les geeks − m'a posé quelques problèmes. Quelques GROS problèmes !

Pour tout vous dire, une incompatibilité avec ma carte graphique a purement et simplement planté le système. Une seule solution, tout réinstaller !

Cela m'a tenu un peu éloigné de mon blog, et vous n'avez rien eu de nouveau à vous mettre sous la dent… Mais je vous rassure, je suis de retour !

Comme je fais régulièrement… non, pas vraiment régulièrement, mais assez souvent − des sauvegardes sur support externe, je n'ai pas perdu grand-chose de mes précieux fichiers… sauf les trois quarts du prochain Polajck en cours d'écriture !

Coup dur !

Ou peut-être pas tant que ça…

En effet, je bloquais depuis un certain temps, coincé au début du cinquième chapitre. Impossible d'avancer.

Alors finalement, repartir en arrière me donnera sans doute l'élan suffisant pour franchir le mur invisible sur lequel je me cognais…

Promis, je vous tiendrai au courant de mes futures avancées.

samedi 16 avril 2016

Retour sur le 10 avril

Le Marché du Livre d'Ambierle

Un article paru dans le Pays Roannais à propos de cette manifestation.


Désolé pour la qualité, mais un scan à partir d'un journal, ce n'est jamais terrible !

samedi 9 avril 2016

Dédicace !

C'est là que ça se passe



Vous m'y trouverez toute la journée, en compagnie d'autres auteurs, dont Sarah L. Bruchet, auteure roannaise.

On vous attend !

mercredi 6 avril 2016

Réponse à Lady

Ceux d'entre vous qui ont lu la chronique de Lady's blog ont pu constater qu'elle n'est pas vraiment tendre avec mon héros…

Je ne discuterai pas de cela, c'est une question de ressenti, et chacun réagit à sa manière à ce qu'il lit. Lady a partagé honnêtement ses impressions, sans être condescendante ni acrimonieuse, et pour cela, je la remercie.
Quand on propose son livre à des chroniqueurs, on ne doit pas s'attendre à des éloges, mais à un retour d'impression en toute liberté, sans concession. Cela peut parfois détourner des lecteurs potentiels, mais après tout, s'ils pensent qu'ils n'apprécieront pas mon roman à cause de ce qui m'est reproché, sans doute ont-ils raison. D'autres aiment exactement ce que Lady ne goûte pas… À chacun de se faire une idée. On ne peut pas plaire à tout le monde, c'est évident, et c'est tant mieux. Imaginez un monde où tout serait calibré pour le plus grand nombre… Quel ennui !

Qu'est-ce que vous dites ? On en est pas loin ?
Ce n'est pas faux… C'est pourquoi Poljack gardera son originalité.

Venons-en au pourquoi de cette réponse :

Dans sa chronique, Lady parle d'un « illogisme réel ». Comme elle ne précise pas de quoi il s'agit, je lui ai demandé des explications. Les voici, telle qu'elle me les a données :

« Quant aux "illogismes réels" pour vous répondre : page 52 vous expliquez qu'une bande de motards suit tranquillement une voiture diplomatique, de surcroît russe, pour "s'amuser à leur foutre les boules" sans aucun problème... À aucun moment il y a du grabuge... Avec des diplomates ? Russes en plus ? Ils peuvent les suivre aussi facilement... Arriver jusqu'au domaine et repartir comme si de rien n'était ? Ils ont sacrément du bol ! Or plus loin votre héros qui lui est censé être aguerri se fait repérer en 5 min... C'est ça que j'appelle de "l'illogisme réel"... Une bande de petites frappes ne se fait pas repérer et suit une voiture de diplomates sans aucun souci alors qu'un membre d'une agence spécialisée se fait repérer en 5 min... Euh...
Comme je l'ai écrit c'est parce que le roman est avant tout un roman d'aventure que je ne l'ai pas plus relevé que cela.. Si cela avait été un pur polar je me serais "insurgée"...
J'aime que les choses soient logiques réellement... Mais je réitère comme c'était une aventure ça ne m'a pas plus gêné que cela... »

Je suis sûr que bien peu de mes lecteurs tomberont d'accord avec cette analyse !
Et voici pourquoi :

D’abord, il ne s’agit pas d’une bande de motards, mais « d’un trio d’adolescents…/… montés sur des pétrolettes trafiquées à mort pour ressembler à des Harley…/… vêtus à la façon des bikers américains. »

J’étais ado dans les années 70. Près de chez moi, il y avait une bande de garçons plus ou moins de mon âge qui roulaient en mobylettes trafiquées. Leurs bécanes ne ressemblaient pas à des Harley, mais ils adoraient ce genre de jeu. Ils repéraient une grosse voiture bourgeoise et s’amusaient à la suivre en faisant un maximum de bruits, pour « faire peur aux bourgeois… » Ça n’allait jamais plus loin, et ils abandonnaient rapidement la partie, soit parce que la bagnole en question sortait de la ville, et ils ne pouvaient plus la suivre sur une grande route rapide, soit parce qu’elle rentrait dans une maison et ils craignaient que les propriétaires appellent les flics. (Rappelez-vous qu'à l'époque, il n'y avait pas de portable !)
Je me suis inspiré de ces mômes pour décrire le trio d'ados, la bande à Basile, de cette partie de l’histoire.

Ensuite, il serait erroné de croire qu’un véhicule possédant une plaque d’immatriculation verte (représentant le corps diplomatique) transporte automatiquement un ambassadeur. La plupart du temps, ce sont des employés d’ambassade qui sont à bord, et il n’y a pas d’escorte.
Dans le cas de mon histoire, on peut supposer (on ne sait encore quasiment rien à ce moment du récit) que les passagers sont des types plutôt aguerris. Ils sont (selon moi) capables d’estimer un danger.

« Ils ont repéré la Mercedes alors qu’ils roulaient cours Jean Jaurès et l’ont filé rue des Cinq Cantons, puis sur la route de Vinsobres, jusqu’à ce qu’elle rentre dans un domaine viticole… » C'est ce que Poljack apprend de la bouche des garçons.

Nos trois lascars ont donc abandonné la poursuite au moment où la Mercedes a quitté la route pour rentrer dans la propriété et sont tranquillement rentrés à Valréas. Qu’ils aient été remarqués par les occupants de la berline ne fait aucun doute, mais ce n’était qu’une bande de gamins… Je ne vois pas les Russes prendre le risque d’attirer l’attention sur eux en réagissant d’une façon disproportionnée. Impossible de confondre une mob, même maquillée, avec une Harley, ni un trio de gosses, même déguisés, avec une bande hostile.

Après, que Poljack et sa frangine se fassent repérer aussi rapidement n’a rien d’étonnant. Ils pénètrent sur la propriété (contrairement à la bande à Basile) et celle-ci est surveillée par des caméras. Ils ont été vus avant même de s’apercevoir de la présence d’une télésurveillance. Même pour quelqu’un d’aguerri, ça ne me paraît pas extraordinaire de se faire piéger ainsi, surtout sans connaissance des lieux…

Je ne vois donc là aucun illogisme, mais une interprétation erronée de la lecture, et si je peux admettre que la sensibilité de chacun joue de façon positive ou négative sur ses impressions de lecteur, et de par ce fait influence les personnes qui sont informés de ces impressions, je trouve dommage qu'une mauvaise interprétation vienne donner une vision défavorable d'un ouvrage.

Je tenais donc à faire cette mise au point, mais je serais curieux de savoir si d'autres lecteurs ont ressenti une incohérence dans ce passage, sachant que mes bêta-lecteurs ne m'ont fait aucun retour dans ce sens…

lundi 4 avril 2016

Nouvelle chronique

La momie drômoise

Une nouvelle chronique vient d'être mise en  ligne à propos de ce titre.

C'est sur le blog « Lady's Blog ».

En voici le lien :


Vous retrouverez ce lien sur la page consacrée à ce roman.

jeudi 31 mars 2016

De l'importance des commentaires

Amies lectrices, amis lecteurs,

Nous autres, auteurs autoédités, sommes forcément ravis de voir que le fruit de nos neurones surchauffés suscite quelque intérêt auprès de fervents adorateurs de la chose écrite, désireux de découvrir de nouveaux horizons, et plus précisément ceux que nous nous efforçons de dessiner pour eux.

Et si nous gardons un œil sur le compteur des ventes, ce n’est pas tant pour calculer les faibles royalties qu’Amazon ou consort voudra bien nous céder, mais bien pour la satisfaction de savoir qu’on est lu. Même si les royalties aident parfois à acheter des épinards, à défaut de mettre du beurre dedans…

Mais il faut bien reconnaître que nos premiers lecteurs sont les personnes de notre entourage. Dans l’ordre ou dans le désordre, il y a la famille, les amis, les voisins parfois, et les personnes que l’on a rencontrées via les réseaux, que ce soit Facebook et ses groupes d’auteurs, blogueurs et autres amoureux de la lecture, ou des plateformes comme Babelio, Livraddict, Goodreads, etc.

Tous ces gens vont sur les sites de vente chercher le livre qu’on a écrit ! Quand on y pense, c’est carrément génial ! Et je ne moque pas, parce que ce livre qu’on vient de publier, il faut le vouloir pour le trouver. Il n’est pas mis en avant, et n’apparaît même pas dans les cent meilleures ventes. Eh oui, il vient juste de sortir… Au classement, il est tout au fond du tableau qui compte des dizaines de milliers de titres ! C’est vous dire que celui qui cherche un livre au hasard n’a aucune chance de tomber dessus. La plupart des gens ne visitent guère plus de quinze pages, et encore, là, c’est les plus courageux.

Amazon (pour simplifier, je vais prendre l’exemple de cette plateforme) n’a aucune raison de mettre le livre que je viens de sortir en avant. Il est pourtant génial, mais Amazon ne le sait pas. Amazon n’est pas un éditeur, il n’a pas de comité de lecture et personne, au sein de cette société, n’a entendu parler de mon magnifique roman que je viens de mettre en ligne… La seule chose qui me rapproche d’Amazon, c’est qu’il a aussi l’œil sur les compteurs de vente. Mais pas pour les mêmes raisons. Et il regarde aussi les commentaires. Parce que les commentaires, ça peut faire vendre. Un livre beaucoup commenté attirera à coup sûr d’autres lecteurs potentiels. 

Un livre qui obtient vingt commentaires sera mis en avant sous la forme d’une association avec autre ouvrage qui se vend bien.

« Les lecteurs qui ont acheté ce livre ont aussi acheté… »

Vous avez tous vu ça…

C’est pourquoi, mes chères lecteurices, je vous en conjure, au nom de tous mes semblables aux doigts usés par les touches rugueuses du clavier, aux yeux délavés par la cruelle luminosité de l’écran, aux vertèbres tassées par de trop longues stations assises, lisez-nous, aimez-nous ou détestez-nous, mais surtout, dites-le ! Retournez sur Amazon pour crier votre amour ou cracher votre frustration, pour nous encenser ou nous insulter, mais ne restez pas muet (même si c’est d’admiration) et laissez un commentaire.

lundi 28 mars 2016

Une page pour Caudrilla

Ceux qui me suivent le savent, j'ai mis un peu le bordel avec cette histoire d'alter ego !

Il est vrai que j'ai créé ce blog et la page Facebook qui le relaie à un moment où il n'y avait que Poljack. Je savais bien que ça ne durerait pas…

L'arrivée de Caudrilla Pleurage m'oblige à revoir un peu tout ça, à mettre de l'ordre.

Bon, franchement, ici, sur le blog, ça me parait compliqué de changer quoi que ce soit. À part, éventuellement, le titre ! mais ça obligerait pratiquement à changer l'adresse… Pas sûr que ce soit une bonne idée.

Par contre, sur FB, j'ai décidé de réagir. Ma page Poljack restera donc consacrée à Poljack et tout ce qui à trait à la science-fiction se retrouvera sur ma nouvelle page dédiée à Caudrilla Pleurage.
Elle est ici :


Pour l'instant, il n'y a pas encore grand-chose, mais vous pouvez me soutenir en likant ma page…

lundi 21 mars 2016

Lecture de printemps


"C'est le printemps, faites-vous plaisir à petits prix !"


--> Vous aimez lire ?

--> Vous souhaitez avoir accès à des livres introuvables en librairie ?

-->Vous voulez pouvoir vous procurer des livres sans vous déplacer ?

--> Vous aimez profiter des bons plans et promos à tarifs réduits ?


Alors je me suis dit que cette offre pourrait vous intéresser !

En suivant le lien ci-dessous vous allez accéder à des fiches (une quinzaine) présentant chacune un livre.

Certains de ces ouvrages sont à tarif réduit, d'autres à leur prix normal mais toujours à prix raisonnables. En tout cas, réalisez de bonnes affaires (en tout, près de 40,00 € de réduction) !

Et il y en a pour tous les goûts : romans, nouvelles, fictions, guides pratiques, fantasy, policiers, poésies... Et dans tous les formats (Kindle, epub, pdf, papier...)

Je vous souhaite bonnes lectures et un bon début de printemps !

(Ces fiches vous sont offertes par un collectif d'auteurs indépendants.)


Cliquez sur ce lien pour accéder à vos fiches :

Fiches lecture de printemps



mercredi 16 mars 2016

Pour ceux qui veulent tout savoir à l'avance

Sur ma page « Les lectures de Poljack »

Retrouvez la liste des livres qui patientent tranquillement en attendant leur tour.

Bien sûr, elle évoluera à chaque nouvelle entrée et les titres ne sont pas forcément inscrits dans l'ordre de lecture…

Mais ça vous donne une idée !

lundi 14 mars 2016

Fin de correction…

Si vous êtes un lecteur assidu,

vous avez trouvé, comme promis, ma chronique du roman de Charlotte Orcival. J'espère que je vous ai donné envie de lire son livre…

 Je vous avais parlé du travail de correction que je faisais sur un roman « fantasy ». Je vous avais dit que j'en ferai une chronique…

Et bien, finalement, je ne vous en parlerai pas. La raison en est simple, pour moi, ce roman n'est pas encore achevé. Mes commentaires resteront donc strictement entre moi et l'auteur.

Mais j'espère sincèrement que ce dernier va remettre l'ouvrage sur le métier, et que je pourrais vous en dire plus, un jour prochain. Il y a du potentiel.

Ma prochaine chronique sera consacrée à « La danse des illusions » de Brigitte Aubert.

mercredi 9 mars 2016

Et pendant ce temps-là…

Vous pensez qu'il ne se passe rien ?

Je vous rassure, ce n'est pas parce que je ne poste rien sur mon blog que je me tourne les pouces !

Lectures…

J'ai promis à une jeune auteure indépendante de faire une chronique sur son roman « Forever young ». Je suis en train de le lire.
J'ai aussi un autre bouquin en cours, une fiction historique qui se passe à la fin du XIXe siècle.
Un papier sur tout ça d'ici quelques jours.

Écritures…

J'avais un peu mis de côté le « Poljack », troisième du nom, le temps de finaliser mon roman S.F. « Valse Oddity » qui est maintenant en vente sur Amazon.
Je me remets dans le bain petit à petit, et si je n'ai pas encore retrouvé mon rythme de croisière, j'y travaille.

J'ai également commencé un travail de correction sur le roman « fantasy » d'un autre auteur indépendant… J'en ferai également une chronique.

Et comme si ça ne suffisait pas…


Je tiens maintenant une fois par semaine la permanence de la bibliothèque municipale de mon village.
Je me suis également inscrit à un mooc, une étude de six semaines sur la pensée critique.

Alors forcément…

Avec tout ça, c'est parfois un peu compliqué d'être présent partout à la fois, de garder un œil sur ce qui se passe dans les nombreux groupes auxquels je participe sur les réseaux sociaux, d'écrire un papier de temps en temps… et d'essayer d'avoir encore une vie sociale en dehors d'internet !
Mais je suis toujours là ! C'est quelques mots en sont la preuve.
Alors, à bientôt pour mes prochaines chroniques.

samedi 5 mars 2016

Prochaine dédicace

Ambierle, village du livre

Ambierle est un petit village du nord du département de la Loire, sur la Côte Roannaise. Rien que pour ses monuments, il vaut le coup d'œil. Son prieuré date du XVe siècle et son église a été classée monument historique dès 1840.


S'il a gardé son allure médiévale, il est aussi aujourd'hui devenu village du livre. En vous y promenant dans ses ruelles étroites et pentues, vous y découvrirez pas moins de trois bouquineries pour moins de 2 000 habitants.

Et régulièrement, des marchés aux livres y sont organisés.

Le prochain aura lieu le 10 avril 2016.

Vous m'y trouverez en compagnie d'une auteure du roannais, Sarah L. Bruchet.
Nous y dédicacerons nos romans et échangerons quelques mots avec vous.






jeudi 3 mars 2016

L'interview exclusif !


À la suite de sa chronique concernant mon roman « La momie drômoise » sur son blog « Fais-moi peur », Manue m'a demandé de répondre à un interview.

Fidèle au style très personnel et original de son blog principalement dédié aux polars, thrillers, et autre écrits sanguinolents où la peur se cache à chaque coin de page, c'est sous la forme d'un interrogatoire de police que Manue m'a posé quelques questions.

Elle n'a pas eu recours à la torture, je me suis mis à table sans demander mon reste…

Pour en connaître le compte-rendu, suivez ce lien :





dimanche 28 février 2016

Chroniques et commentaires

Nouveau !

Faites vous une idée…

Dorénavant, vous trouverez sur la page de chacun de mes livres, un lien direct vers les blogs qui ont publié une chronique, un avis, une critique sur le titre en question.

N'hésitez pas à les consulter, j'y ajouterai chaque papier, quel que soit l'avis de son auteur. Du moins dans la mesure où il ne s'agit pas d'un article sans fondement, écrit par pure méchanceté, dans le but de nuire. Mais je ne me fais pas de soucis, les chroniqueuses et chroniqueurs avec qui je suis en relation sont des gens de qualité, qui donnent leurs impressions avec justesse, sans parti pris, et même souvent avec talent.

Donc, si vous voulez l'avis d'autres lecteurs, cliquez sur les liens sans plus attendre !


Et n'oubliez pas !

Vous pouvez également donner votre avis en me laissant un commentaire… 

vendredi 26 février 2016

La momie est toujours vivante !

Une nouvelle chronique de « La momie drômoise »

Comme on le voit, chaque lecteur a son propre ressenti… Certains ont besoin qu'on les prenne par la main, qu'on leur décrive les choses avec précision. D'autres aiment garder une part à leur propre imagination…

Ma façon de m'adresser directement au lecteur peut aussi dérouter… Ça plaît beaucoup à une partie de mon lectorat, ça dérange un peu une autre partie.

Il reste que mes histoires accrochent, qu'elles donnent du plaisir.

Et c'est bien là le principal!

mercredi 24 février 2016

Valse Oddity, le livre !

Disponible sur Amazon

La version papier de mon roman « Valse Oddity »

est maintenant en vente.

Et il est à moins de 12 Euros !

Vous ne voulez pas chercher ? Alors cliquer sur le lien !

mardi 23 février 2016

Valse Oddity : le voyage commence !

C'est parti !

En attendant la version papier qui devrait être accessible très rapidement, la version numérique pour liseuse Kindle est d'ores et déjà en vente ici :


au prix de 3,33 dollars, soit 2.99 €.

Comme disait Frédéric Dard : « Quand on voit le prix des livres chiant, les miens sont donnés ! »

Alors n'hésitez plus, tentez l'aventure !

dimanche 21 février 2016

À propos des conseils aux jeunes écrivains

L'autre jour, je vous avais parlé des fiches de personnages… Plus exactement, je vous avais renvoyés vers un site dont les explications me semblaient pertinentes. Rassurez-vous, je pense toujours qu'elles le sont, et que faire des fiches personnages est important, sinon essentiel.

Alors quid de ce nouveau billet ?

D'abord, je ne suis pas coach littéraire, ne comptez donc pas sur moi pour vous tenir la main. Des conseils, vous en trouverez à la pelle sur le net. Et c'est bien là le problème !
Si vous avez un minimum de curiosité, vous ne vous arrêterez pas à la première page trouvée au hasard d'un clic. Vous en visiterez d'autres, et encore d'autres…
Certes, vous trouverez souvent les mêmes choses dites plus ou moins de la même façon. Mais vous remarquerez aussi que chaque « conseilleur » ne jure que par sa méthode. Qui est forcément la meilleure, puisque c'est grâce à elle qu'il (ou elle) a « réussit ».

Alors finalement, la seule question que vous devriez vous poser n'est-elle pas : « Et moi, qu'elle est la méthode qui me convient ? »

Bien sûr, il y a des trucs à connaître. Quelques éléments de base dont il vaut mieux tenir compte. Et je vous encourage à lire à ce sujet ce qu'en disent les auteurs. De Ernest Hemingway à Stephen King, en passant par Marie Darrieussecq et Bernard Werber et tant d'autres plus ou moins connus, il sont nombreux à vous confier leurs astuces d'écrivains.

Mais surtout, ne vous focalisez pas sur un seul. Si vous essayez de travailler selon les conseils d'untel, et que, jours après jours, vous avez l'impression de stagner, alors c'est que cette méthode ne vous convient pas. Passez à autre chose !

C'est en vous-même que se trouve la réponse. Piochez ça et là ce qui vous semble utile, utilisez les chemins balisés par vos prédécesseurs, cela vous servira toujours. Mais c'est en traçant votre propre route que vous arriverez quelque part !

Et pour ça, il n'y a pas de secret, mais un seul et même mot d'ordre : persévérez !
Quoi que vous ayez à dire, c'est vous seul que en êtes le maître. Faites vous confiance, la peur de la page blanche disparaîtra. Et si vous n'êtes pas satisfait, recommencez !

Pour ma part, j'ai écrit des milliers de mots avant d'oser les proposer à la lecture. Et comme pour beaucoup d'autres, mes premiers textes étaient loin d'être sans reproches. Mais c'est en travaillant encore et encore qu'on arrive petit à petit à s'améliorer, à maîtriser son outil.

Alors n'oubliez pas : vous seul savez précisément ce que vous voulez.

samedi 20 février 2016

On s'en rapproche !

Encore quelques détails à régler, mais le projet prend corps.
Ce n'est plus qu'une question de patience, le compte à rebours n'est pas encore commencé, mais la mise à feu est prévue pour bientôt !


Vous voulez une autre bonne nouvelle ?

Ce livre sortira en petit format, pour que vous puissiez l'emmener dans le bus, le train, le métro, enfin partout, quoi !

Et en plus, il sera vendu au prix le plus juste…

Un voyage dans l'espace si peu onéreux, vous auriez tort de vous en priver !

mardi 16 février 2016

Nouveau gif

J'avais bricolé un premier fichier gif, pour illustrer le prochain voyage spatial de mon roman « Valse Oddity », mais il ne me satisfaisait pas…

L'illustration n'est pas mon métier, je n'y connais pas grand-chose en matière de retouche et création d'image, mais je suis persévérant et j'aime apprendre en toute chose.

Voici donc la deuxième mouture de mon travail. J'espère que cette petite animation vous plaira.

Valse Oddity - le voyage va bientôt commencé