mardi 8 août 2017

Mes chroniques récompensées !



C'est vrai, la première récompense, c'est le nombre, de plus en plus important, de lecteurs qui consultent ce blog en général et « Les lectures de Poljack » en particulier.

Mais une fois n'est pas coutume, j'ai répondu à un appel à concours en déposant l'une de mes chroniques sur le site BePolar.

Ça tombait bien, je venais de lire un roman qui figurait dans leur catalogue…

Mon article concernait « Plateau », de Franck Bouysse. Il a été élu, parmi plus de cinq-cent autres, comme l'un des dix meilleurs. Vous le retrouverez bien sûr sous l'onglet « Mes lectures » de ce blog.

« La rédaction BePolar a aimé : le très beau style de la chronique, comme en écho à l’œuvre, l’ambiance et l’histoire habilement entremêlées, les métaphores et comparaisons soigneusement choisies, la conclusion qui emporte forcément nos suffrages, la très grande qualité générale de cet avis.  Bravo ! »

En dehors des deux romans que me rapporte ce concours, c'est avant tout la reconnaissance de mon travail qui me touche. Merci à la rédaction de BePolar.

vendredi 4 août 2017

Pourquoi je soutiens le nouveau roman d'Anaïs W ?


Vous aimez les thèmes forts ?

Vous appréciez les textes qui se frottent à la réalité à travers des histoires de vie auxquelles tout un chacun peut être confronté ?
Anaïs W aussi !

Depuis son premier roman : « Au-delà des tours », Anaïs nous narre les difficultés de vivre quand on est confronté à une épreuve qui fait voler en éclat le monde qu’on s’était construit. Elle nous raconte surtout le chemin semé d’embûches qui permet à ses « héros » d’avancer dans la bonne direction. Comment un être tout à fait ordinaire puise-t-il en lui la force d’affronter son destin ? 

Les failles, les peurs, les erreurs de chaque personnage sont mises en lumière sans jamais être édulcorées d’un quelconque sirop de romantisme pour midinette, même si l’auteure n’oublie pas que l’amour est souvent l’un des ingrédients de la potion salvatrice.


Dans son dernier roman, « L’espoir au corps », l’amour est d’ailleurs au centre de l’histoire puisque c’est une rencontre qui va conduire deux êtres malmenés par la vie sur le chemin de la résilience. Mais au-delà du côté « romance » du sujet, Anaïs W à travers ses deux personnages, interroge le lecteur sur des thèmes qui lui tiennent à cœur : ceux de Kalinda, le deuil et le mensonge, et celui de Daniel qui vit avec le VIH.

 


Anaïs W fait partie de ces auteurs qui écrivent pour partager leurs expériences, leurs convictions, leur empathie. Et comme elle écrit bien, je n’ai vraiment pas besoin d’autres raisons pour la soutenir.

Et si vous voulez vous en faire une idée, vous pouvez lire les premières pages de L'espoir au corps ici.