Tel Aviv Suspects


Liad Shoham
Traduit de l’hébreu par Jean-Luc Allouche.





4e de couverture :
Par le meilleur auteur israélien de thrillers, une plongée infernale au cœur des relations troubles entre police, justice, médias et mafia en Israël. Un suspense à couper le souffle.
Dans un quartier sans histoire de Tel-Aviv, le viol d’une jeune fille met la police en émoi. Pas d’indices, pas de témoins, pas de suspects. Le père de la victime décide de mener sa propre enquête, jusqu’à identifier Ziv Névo comme le coupable. L’affaire serait sur le point d’être classée sans les doutes du commissaire Élie Nahoum.
Pourquoi Névo refuse-t-il de s’exprimer ? Le père aurait-il pu forcer sa fille à accuser un innocent ?
Entre le policier et le suspect commence un duel sous haute tension qui va attirer dans son ballet de faux-semblants un jeune avocat idéaliste, le bras droit d’un boss de la mafia et un journaliste prêt à tout pour décrocher le scoop de sa vie.
Quand un deuxième viol est commis dans le même quartier, la quête de la vérité devient une affaire de vie ou de mort…



Mon avis :
Liad Shoham est présenté comme le meilleur auteur israélien de thrillers… N’en ayant pas lu d’autres, je ne me permettrais ni d’infirmer ni de confirmer cette assertion, mais je peux au moins affirmer ceci : Tel Aviv Suspects est un sacré bon roman !
Ici, pas de héros charismatiques, pas de méchants caricaturaux, mais une galerie de personnages dont on se dit qu’ils pourraient bien être notre voisin ou le type qu’on croise dans la rue tous les matins en allant au boulot. Les « méchants » sont bien entendu un peu plus méchants que les autres, mais ça ne se voit pas forcément sur leur visage, et les « gentils » n’ont pas que des bons côtés. L’auteur joue d’ailleurs cette partition avec maestria et en dévoilant les penchants sombres de ceux qui sont « du bon côté », nous oblige à regarder avec compassion les plus mauvais d’entre eux. Là, l’avocat transparaît derrière l’auteur.
Si cette « normalité » des protagonistes accroche l’intérêt du lecteur, c’est la construction rigoureuse du récit qui le retient. Les changements de point de vue nous font entrer peu à peu dans l’histoire par l’interaction des différents acteurs qui tous, consciemment ou non, forcent le destin de chacun, et en particulier celui de Ziv Névo qui devient malgré lui le déclencheur et le point central d’événements qui s’imbriquent les uns dans les autres sans que personne n’en comprenne le mécanisme. D’une certaine façon, son plus grand tort est de s’être trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, et c’est ce malentendu de départ et toutes ses conséquences qui font tout le piment de ce récit et permettent à l’auteur de ne dévoiler l’identité du coupable que dans les toutes dernières pages.
Un thriller bien ficelé, des personnages terriblement « normaux », une histoire qui se passe dans un lieu qu’on n’a pas l’habitude de fréquenter dans les polars, voilà de quoi passer un excellent moment avec ce roman que je recommande fortement à tous les amateurs du genre.
Enregistrer un commentaire